Accueil
RevuePratiqueTechniqueTestsVitrines

Liens

Prophot Numérique 2008


L'année 2008 s'annonce très dynamique chez Prophot-Numérique : aux nouveautés des Epson, Canon, Nikon, il faut ajouter celles de Alpa, Phase-One et Mamiya. Pour faire le point sur ce catalogue de choix, nous avons discuté longuement avec Olivier Rigal et Olivier Percheron, responsables produits chez Prophot-Numérique.



 

 


 

 



   

  




 

 

 

 






 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.phaseone.com/

http://www.alpa.ch/index.php

 

 

 

 


 

    

 

Alpa est connu pour son matériel de haute qualité en argentique. Actuellement, la marque s'adapte à ce nouveau format (4,5X6) qui devient le standard de la photographie haut de gamme en numérique. Y a-t-il une nouveauté marquante imaginée spécialement pour ce format ?
Aujourd'hui les camèras restent les mêmes. Cela dit, un nouveau modêle va sortir, le 12MAX, qui est a peu prês le même que le 12XY mais dans un volume plus contenu, adapté au numérique.
La plupart des Alpa sont vendues essentiellement pour leur souplesse aux differents formats en argentique et aux divers dos en numériques, par conséquent ils ont intégré toute une gamme d'optiques optimisées pour un grand cercle d'image et une très haute résolution, ces optiques sont fabriquées en partenariat avec Schneider et Rodenstock.

D'un point de vue commercial, vous ètes seulement distributeur, ce n'est pas vous qui importez la marque? 
Nous n'avons pas le statut d'importateur exclusif. Par contre nous avons de très bonnes relations avec la maison Alpa. Nous sommes considérés comme des partenaires privilégiés, de par l'effort financier que nous avons fournis - ne serait-ce que pour avoir du stock- , mais aussi au vu de nos résultats pour le premier trimestre. 

Donc un photographe utilisant cette marque peut considérer Prophot comme le partenaire garant de son investissement ?

Effectivement Prophot a décidé de représenter cette marque de la façon la plus complète pour satisfaire les besoins des professionnels. Nous connaissons très bien le matériel et sommes à mème de répondre aux questions des photographes, de les conseiller. Nous avons du matériel en prèt, boïtiers et objectifs. Et en ce qui concerne le SAV, compte tenu de la précision de la fabrication, le matériel repart immédiatement en Suisse s'il y a le moindre probléme.

Quels sont les photographes qui s'intéressent à ce matériel ?
 
Des photographes d'architecture, de paysages, les plasticiens. La plupart d'entre eux travaillent en film et en numérique, et souhaitent conserver une grande cohérence ergonomique sans pour autant multiplier les investissements. L'Alpa est un outil polyvalent, qui permet aux photographes d'avoir la meilleure qualité d'image, en vue des très grands rapports d'agrandissement.

Est ce que l’on peut utiliser ce matériel en studio?
Cela reste principalement un outil de prise de vue extérieure avec possibilité de décentrement, essentiellement prévu pour l'architecture et le paysage. En revanche avec la XY et la 12MAX on va élargir le champ, parce qu'on va pouvoir ajouter au décentrement une fonction « Stich » c'est à dire la possibilité de multiplier les photos et de les coller les unes aux autres, permettant ainsi d'augmenter le poids du fichier. Cela explique le succès de ces appareils, notamment dans la prise de vue automobile, ou l'on a besoin de beaucoup de définition et de précision.

En architecture, on a souvent besoin de la visée reflex pour cadrer. Les manipulations pour passer du dos film à la visée reflex étant assez laborieuses, on utilise en général un dos glissière. Alpa a-t-il conçu un système équivalent pour ses boïtiers?
Ce n'est pas à l'ordre du jour. Par contre, en numérique, la façon la plus rationnelle de travailler est la visée en direct sur l'ordinateur. La plupart des photographes travaillent en prévisualisation directement sur l'écran du dos ou connecté à un ordinateur. C'est sans doute la maniére la plus précise de faire le point.

En ce qui concerne la capture numérique, PhaseOne a été un des pionnier dans l'image numérique professionnelle moyen format. D'autres marques comme Hasselblad, ou Leaf sont très dynamiques et créatives. Est-ce que PhaseOne reste leader technologiquement malgré la concurrence ?
Soulignons que parmi les trois principaux fabricants que sont PhaseOne, Hasselblad et Leaf. Deux politiques différentes sont adoptées. L’une consiste à singer le DSLR (Digital Single Lens Reflex) où l’ennemi désigné serait en fait Canon et Nikon ; c’est la politique choisie par Hasselblad. L’autre cherche au contraire à mettre en exergue la qualité propre au moyen format en axant les produits sur leur complémentarité avec le DSLR, ce qui est plutôt la politique de PhaseOne et Leaf. PhaseOne communique sur le fait que l’on ne fait pas la même chose avec un DSLR qu’avec un dos numérique, que chaque outil n’est pas fait pour les mêmes prises de vue. Hasselblad tend plutôt à vouloir intégrer au plus possible les fonctionnalités proches de ce que peut faire un DSLR. À mon avis, vouloir copier n’est pas un procédé d’avenir, il faut davantge miser sur les spécificités propres à chaque appareil.

Est-ce qu’il y un rendu propre à PhaseOne quand on sait que les capteurs sont en général conçus par les mêmes fabricants (Kodak, Dalsa) ?
C’est vrai que parce qu’on a les mêmes capteurs, on pourrait s’attendre à avoir les mêmes types d’images. Mais il y a des différences d’électronique, d'algoritmes, et de logiciels de traitement, qui permettent de donner à la même prise de vue des rendus différents selon le dos employé
Ce qui fait la différence de PhaseOne, c’est d’avoir une électronique tellement précise que les prises de vue en pause longue pendant plusieurs heures ne posent aucun problème. Cela crée des applications possibles pour la photographie d’astronomie, par exemple. Seul PhaseOne est capable de la faire. Les dos résistent également à des températures très basses(-70°).
L'autre particularité est la parfaite adequation avec CaptureOne, qui permet de créer une signature propre à la marque, avant même le traitement en post-production.

PhaseOne annonce déjà sur son site Internet le produit de la collaboration avec Mamiya concernant la création commune d’un nouveau boîtier moyen format. Cette plateforme sera-t-elle ouverte aux optiques et aux dos d’autres marques ?
Le systéme PhaseOne est déjà ouvert aux optiques de constructeurs européens gràce aux bagues d'adaptation. Il ne serait pas étonnant que des objectifs à obturateur central apparaissent dans la gamme PhaseOne-Mamiya.
En ce qui concerne les dos, l’idée de PhaseOne, en réponse à Hasselblad, est ce qu’ils appellent une plateforme ouverte, c’est-à-dire que tout est permis. Évidemment, si vous utilisez le dos PhaseOne avec le boîtier de même marque, vous aurez des fonctionnalités supplémentaires. Mais vous pourrez monter un dos ou des objectifs concurrents dans la mesure des possibilités techniques.
L’idée de PhaseOne est tout le contraire d’Hasselblad, c’est de faire en sorte de varier les possibilités, parce que la photographie c’est de la diversité, c’est de l’imagination, et si on met tout le monde sur la même route, on va tous se retrouver avec les mêmes photos, avec les mêmes rendus. L’uniformité des technologies risque de créer l’uniformité des regards, ce qui serait une grande perte pour la photographie..

Comment Prophot numérique permet aux photographes de se retrouver dans cette offre de matériel si diverse, et ainsi l’aider à optimiser son investissement ?
La première chose en amont, c’est l'écoute et la compréhension des besoins du photographe en général, pour créer une gamme généreuse et cohérente  de produits.

Mais un grand catalogue ne suffit pas, il faut aussi permettre aux photographes de voir et tester le matériel, et, sur ce point la politique commerciale de Prophot reste immuable, c'est à dire que tout appareil du catalogue est en démonstration dans le magasin.
Nous avons, par exemple, toute la gamme de dos Phase-One en démo, laquelle peut aller jusqu'au prêt, pour permettre au photographe de travailler dans son environnement avec des conditions réelles de prise de vue. De même pour le matériel encombrant comme les imprimantes, nous avons des machines de la gamme Epson, en production dans nos locaux. Cela permet de tester sur place machines et gammes de papier, mais aussi de faire des sorties calibrées à partir des fichiers des clients, afin de comparer le rendu de tel ou tel autre appareil en test.

Propos recueillis par revoirfoto

 

.:. Haut