Accueil
RevuePratiqueTechniqueTestsVitrines

Liens

Makro-Symmar PC-TS 90mm f/4,5             (2eme partie)
Nikon D800e

 

 

Avec cet objectif à décentrement et bascule de Schneider, nous profitons pour lancer les nouvelles pages test-pratiques. Sur le premier test pratique avec le Distagon de 15mm et le D800e, les mires sur banc étaient sur un autre secteur du site. Dans ces pages et pour la première fois le test sur banc et  couplé au D800e serons sur la même page. Avec cette présentation nous espérons améliorer la navigation et la lecture de tests. Bienvenus donc à la rencontre entre une optique technique conçue par un grand opticien et les 40.000 pixels au mm² du Nikon D800e.

Pour les photographes, l'année 2012 est une année remplis de bonnes nouvelles techniques, après le test pratique de l’extraordinaire Distagon de 15mm de Zeiss, nous voici devant une autre optique d'exception le Makro-Symmar de 90mm f/4,5 à bascule et décentrement de Schneider en monture Nikon. Cette optique avec un cercle d'image de 90mm permet de décentrement de 12mm et une bascule de 8° dans tout le sens grâce à la rotation de l'ensemble opto-mécanique sur 360°. Ces mouvements accessibles mêmes à main levée sont le grand progrès mécanique proposé par Schneider, car jusqu'à présent il fallait coupler le boitier à une chambre dédiée pour obtenir ces mouvements avec une telle focale.
Du point de vue optique on trouve une grande similitude entre la conception de ce 90mm avec un autre 90mm pour chambre digital et destiné au moyen format( Digitar 90mm f/4,5). Schneider ne communique que très peu sur la construction de ces optiques, type de verre, de surfaces, de traitements... rien de tout ça dans le fiches de la marque. Alors, après ce test avec le Makro-Symmar nous essayerons de tester le Digitar sur chambre et le même boitier D800e, pour offrir un vrai comparatif entre les deux solutions à bascule et décentrement avec une focale de 90mm dans la famille Schneider

 

Cliquez sur les images

Amuses vue
Avant de commencer le test à proprement parler, voici quelques images que permettent de voir rapidement le type des rendus possibles avec ce couple, et rendent la page moins austère, ces photographies faites à plusieurs distances montrent la très grande finesse et le rendu neutre, sans artefacts aucun . Sur ces images aucune correction des franges colorées n'a été appliquée.

 

Test sur banc
Quelques changements ont été introduits dans la présentation des images par rapport au secteur test. Les images aériennes passent de 300 pix de largeur à 200 pix, la référence mobile est une pop-up qu’apparaitra au survol de l'image observé. Par ailleurs la mire Rf1 de 0,5mm à grand contraste sera présentée seulement au meilleur diaphragme au centre, mais de deux façons; vue aérienne et pdv avec le D800e agrandi à 200% pour permettre une meilleure analyse sur écran. Bien entendu toutes les images sur banc seront toujours obtenues avec un rapport de 1/100 .
 
Zone cetrale 


Glissez sur l'image

Grâce à l'extrême résolution au centre,  dès la pleine ouverture les micros détails sont très contrastés et définis au centre. À f/4,5 le damier de 0,25µ (200Ppmm) a des informations visibles, que disparaissent avec la fermeture du diaphragme  à f/8 à cause de la diffraction. L'image à pleine ouverture devient notre référence pour comparer avec les autres secteurs. Bien sur f/4,5 c'est assez faible comme ouverture, mais, si nos souvenirs son bon, c'est la première fois que dans nos tests nous pouvons retenir la pleine ouverture comme image de référence.

Zim


Dans la zone d'intérêt maximum, le résultat sont similaire à ceux de la zone centrale, toutefois le contraste est moindre, à partir de f/5,6 tout retrouve l'excellence.

Zp 

 

Dans la zone périphérique (20mm du centre) le comportement est moins contrasté, par contre, même si les détails sont plus diffus, ils restent très lisibles et propres( sans artefacts). Cette performance est très intéressante en sachant que le cercle d'image est de 90mm. Nous n'avons pas fait de prélèvement sur banc à 45mm du centre, mais couplés au D800e des images avec un décentrement de 12mm serons présentés.

Focalisation trichrome
Sur cette mire, avec des éléments de 1 à 3µ sur le plan focal et filtré en rouge, vert et bleu. Nous pouvons constater la très bonne focalisation sur le même plan de trois secteurs du spectre visible, dès plus, sur le point blanc central, il n'y a pratiquement aucune frange colorée. Ce comportement nous l'avions remarqué sur certains Apos, ou sur de grands angles, ou l'aberration chromatique est moins visible.
Glisez pour voir

Diffraction 

 

Les trois images ci-dessus illustrent très clairement l'évolution de la résolution selon diaphragme. Avec des éléments de 1 à 3µ f/4,5 et nettement  le meilleur diaphragme. Il faudrait faire cette expérience avec des éléments de 5 à 10µ pour faire le lien avec l'acuité réelle de nos capteurs...à suivre.
   
  
Rf1 (banc vs capteur)

 

Rf1
Avant, dans le secteur test, nous présentions cette mire à trois diaphragmes, allant de la pleine ouverture à f/8, pour simplifier la page, nous présenterons seulement le meilleur diaphragme au centre. Pour cet objectif le meilleur diaphragme en résolution pure est f/4,5 mais en contraste c'est f/8, l'image sur banc et avec le D800e visibles ci-dessus on était faites à cette ouverture.
L'image de gauche paraît incroyable, on dirait qu'il s'agit du fichier qu'a permis de faire la mire, mais en réalité c'est la reproduction de la mire avec des éléments de 0,5mm à 1/100 c'est-à-dire 5µ sur le plan focal = 200points par mm= 100paires de points par mm!.
Si vous connaissiez le test de l'ère argentique, vous pouvez traduire par 100Plmm.
Tout ceci pour dire, que la qualité de cet objectif à 100Ppmm est exceptionnelle, à droite l'image obtenue avec le D800e, est présenté agrandie à 200% pour que l'on puise voir correctement à l'écran.
Une des constatations à retenir, est que le capteur ayant une gravure de 5µ par pixel, donc 200 points par mm, ne peut reproduire l'excellente image fournie par l'optique. Si on regarde attentivement cette image, on voit aussi que les lignes de 5µ (centre) sont presque séparées par le D800e, mais le damier n'existe plus, de plus il génère des artefacts colorés.
Cet exemple confirme le choix de Revoirfoto de faire des tests sur banc et de parler des points et damiers plutôt que des lignes. Photographiquement on peut dire que les lignes nous serviraient si on devait choisir un système pour photographier des branchages en hiver, par contre s'il s'agit de feuillages, grain de peaux, sable, gravier et textures de toute sorte, il vaut mieux discerner et choisir le matériel par sa capacité à séparer des points. Ici, même le D800e ne peut rendre toute l'information reçue. Par interpolation on peut dire que cette optique peut voir et séparer des formes de 5mm à 90m de distance! et que couplée au Nikon sa résolution serait limitée à environ 10mm pour des formes discontinues. À vérifier...
La suite du test sera réalisé exclusivement avec des images obtenues avec le couple Makro-Symmar 90mm f/4,5 et Nikon D800e

Mires à 1/25 et 1/50

 


 

1/25 à f/8                                                                                                       Cliquez sur les images

Image de la mire, à 1/25 et f/8, sans correction de la déformation ni du vignettage.Ces résultats remarquables confirment ce que nous avons vu avec le test sur banc du point de vue de la résolution. Si on devait conseiller une optique technique pour travailler en reproduction d'oeuvres d'art, ce Makro-Symmar serait le premier dans la liste. L'appellation "optique technique" que nous employons se réfère à des objectifs conçus avec des critères presque stigmatiques. Schneider, spécialiste dans l'optique industrielle et d’objectifs pour chambres photographiques, maitrise particulièrement bien les optiques à grand cercle d'image (ici 90mm), de haute résolution et avec le minimum de déformation géométrique entre le plan objet et le plan focal. Par contre côté ouverture il faut se contenter de peu, les mires ci-dessus faites avec le  Makro-Symmar de 90mm f/4,5 sont la démonstration que pour un grand cercle d'image et une maitrise parfaite des aberrations et déformations il faut sacrifier la pleine ouverture trop lumineuse.
  

Mires à 1/50

1/50 à f/8                                                                                                    Cliquez sur l'image
 
Ces vignettes à 100% des trois secteurs( centre, zim, angle), sont encore plus éloquentes, si on observe attentivement, on constate que  le damier de 0.500 est encore visible dans les trois secteurs, et les lignes de 0.312 le sont aussi. Si on veut chiffrer en Plmm cet ensemble opto-capteur, on à 0.312:50= 0.0064mm = (6,24µ x 2)= 12,5µ et 1mm= 1000µ:12,5µ= 80Plmm! Avec le même raisonnement, on à seulement 50 Ppmm (paires de points par mm), ce petit calcul nous permet de mesurer la résolution en prise de vues réelle, et de confirmer que le test avec des points est plus sélectif et pose le problème suivant, pourquoi un capteur voit plus de lignes que des points?
D'autre part, un élément que vient pondérer notre enthousiasme,est que les détails à faible contraste (secteur coloré) sont moins bien discernés et représentent une moyenne ( en résolution) beaucoup plus proche de la réponse réelle qu’aura ce système en photographie courrante.


2eme partie
Au delà de l'optique fixe

.:. Haut