Accueil
RevuePratiqueTechniqueTestsVitrines

Liens

          Touit 50mm f/2,8 Makro-Planar 

 

  

                 

Il y a quelques années en étroite collaboration  avec Didier Mercadal et la société Phot&Us nous avions pu tester une grande partie de gammes d'optiques Zeiss en monture M et ZF. Aujourd'hui c'est encore grace à Didier Mercadal et Carl Zeiss Allemagne que nous pouvons commencer une nouvelle série de tests.
La première optique en test est le tout nouveau Touit 50mmf/2,8 M, proposé en monture X-Mount et E-Mount.
L'appellation des nouveaux objectifs  Zeiss, surprend les habitués des noms quasi centenaires comme Biogon, Planar, Sonnar... Carl Zeiss précise que le type de formule optique sera toujours indiqué sur le barillet, mais qu’il était nécessaire d’identifier et singulariser deux familles de produits d'exellence, Touit pour les capteurs APS-C et Otus pour les capteurs plein cadre 24x36.

 

TouiT* (Makro-Planar 50mm f/2,8)

La construction de cet objectif est hors normes sur plusieurs aspects : 14 lentilles en 11 groupes pour un 50mm ouvrant seulement à f/2,8. Bague de mise au point et de diaphragmes (neuf lames) à commandes électromécaniques, rapport de 1:1 à l'infini, barillet extérieur en alliage métallique le tout avec un poids de seulement 290 grammes, c'est du jamais vu! Voir
Les technologies employées pour réaliser cet objectif montrent que le savoir-faire de Carl Zeiss  a su s'adapter aux nouveaux besoins de fabricants de boîtiers photographiques.
De plus  la collaboration avec les grandes marques comme Sony et Fuji et avec l'industrie japonaise en général a permis ce grand saut qui propulse Carl Zeiss vers l'autofocus et les automatismes les plus complexes avec une maîtrise des coûts de fabrication remarquables.

Les Courbes
Les courbes Ftm ci-dessous montrent que cet objectif est excellent au centre dès la pleine ouverture et très performant jusque dans les angles. Les progrès accomplis par rapport au très performant 50mm f/2 Makro-Planar Zf2 sont très importants. Notamment au centre, où la qualité est pratiquement identique dès la pleine ouverture au meilleur diaphragme.

 

Test sur banc à 1:100
Les commandes asservies de cet objectif  ne nous permettent pas de faire un test optique complet sur banc, car nous n'avons pas accès aux réglages de Map et diaphragmes. Mais nous présenterons tout de même deux aspects de cette optique vus sur banc à
pleine ouverture au rapport 1:100. Le damier dans trois secteurs du cercle d'image et la focalisation trichromique au centre.

Centre, Zim, Zp à 1:100

 

Les images ci-dessus, capturées au centre, puis à 5mm et 12mm du centre montrent l'excellence de cette optique, dans tous nos tests nous n'avons pas d'équivalent au rendu de ce 50mm, même le Makro-Planar ZF de 50mm ne fait pas aussi bien Voir, les gains sont très importants dans la maîtrise d'aberrations chromatiques. Malgré un cercle d'image de seulement 28mm, Zeiss ne s'est pas contenté de faire un copier-coller d'une optique existante il a poussé le calcul optique très loin pour fournir des images de très haute résolution et constraste.

La trichromie
Ces images faites au centre permettent de voir la superbe focalisation de trois couleurs sur le plan focal dès la pleine ouverture. Vu ces résultats nous ne comprenons pas pourquoi Zeiss n'a pas donné l’appellation apochromatique à cette optique.
Ci-dessous à gauche les images produites avec un Makro-Planar ZF de 50mm à f/4 et le Touit 50mmf/2,8 M à droite, permettent une comparaison rapide, le Planar ZF malgré une extrême résolution ne peut focaliser toutes les couleurs à f/4 et la mire neutre en bas à gauche est assez dégradée, par contre le Touit focalise le tout dès f/2,8 et la même mire est très neutre et finement reproduite.
La focalisation sur le même plan de tout le spectre visible est un atout très important pour éviter les franges colorées et pour obtenir un grand contraste dans les détails les plus infimes.

 
 

 

Touit et XT1
Pour la suite du test, c'est couplé à l'excellent XT-1 de Fujifilm que nous verrons les qualités de cette optique. Le XT-1 et son capteur 16Mp à matrice propriétaire de Fuji, sans filtre passe-bas avec une gravure des pixels d’environ 5µ, permet une résolution théorique de 100 paires des points par mm, cette extraordinaire acuité desormais courante dans les capteurs permettra de se faire une idée des rendus possibles du Touit 50f2,8M couplés à des capteurs avec une aussi grande finesse de gravure.

Mire au rapport 1:25 

 
Cliquez sur l'image

Cette première image présentée à f2,8 et f5,6 nous montrent une qualité supérieure à celle obtenue avec le couple D800e-Makro-Planar à f/2,8 Voir. Énorme et agréable surprise, que confirme le bon choix de Fujifilm dans la conception de son capteur avec un module de 6x6 pixels au lieu de 2x2 dans la matrice Bayer. Dans une autre page nous ferons une comparaison de la technologie Fuji et celle de Sony dans sont capteur phare de 36Mp embarqué dans le A7R

Mire de 60x90cm au rapport 1:38
Cette surface de 60x90cm permet un rapport de 1:25 en 24x36, avec le format APS-C de 23,6x15,6mm le rapport de réduction est de 1:38, donc tous les éléments reproduits sont 1,52 fois plus petits sur ce type capteur, nous verrons si cette réduction supplémentaire pénalise de manière visible l'excellence de cette optique. Le centre et les angles sont illustrés à f2,8 et f5,6. La déformation en barillet, coussinet, ou moustache est inexistante, et même si ce type d'aberration est facilement corrigé en post production, c'est mieux quand il n'y a rien à corriger. Voir
 

 
Cliquez sur l'image

À f2,8 on voit la grande qualité du centre et le faible retrait dans les angles, les éléments de 0,3mm sont la limite de résolution pour ce couple.
   

 
Cliquez sur l'image

À f5,6 centre et angles sont pratiquement identiques, ceci peut paraître paradoxal puisqu’avec les mires sur banc et sur le Ftm donné par Zeiss on voit bien que la résolution dans les angles est inférieure. L'explication vient du fait que le couple Opto-Capteur bride la résolution maximale du centre, et que les performances de l'optique, même si moindres dans les angles, offrent suffisamment d'informations pour que le capteur puise reproduire pratiquement le même nombre de données que au centre.

Première conclusion
C'est avec une grande impatience que nous arrivons aux prises de vues sur des sujets courant dans la pratique photographique. Mais, avant tout, il faut signaler que nous sommes face à un tournant technologique majeur, sur des centaines d'images que nous avons traitées pour un comparatif des 35mm pour le Sony A7R et aussi pour un dossier sur les focales dites "normales" (45-60mm) pour le 24x36 dans lequel nous testons le Otus 55f1,4, c'est un fait que les toutes dernières optiques de Zeiss surclassent ses prestigieux prédécesseurs.
Avec des gravures encore plus fines, qui permettront sans doute la fabrication de capteurs APS-C de 24Mp et en 24x36 de 50Mp, les optiques comme celles des nouvelles gammes Zeiss deviendront indispensables.

Prises de vues
Ces images à différentes sensibilités, diaphragmes et distances sont présentées pour la plupart à 100%, afin de montrer les performances de ce couple né de la rencontre de deux passionnés de l'image Carl Zeiss et Fujifilm. La première image est une juxtaposition du centre et de l'angle d'une vue à f/2,8, ce test très critique permet de voir la maîtrise des aberrations chromatiques et la qualité en résolution et contraste, sur l'angle bien qu’amoindrie la finesse de reproduction est de grande qualité, peu d'objectifs peuvent résister la comparaison à pleine ouverture.
   


Cliquez sur l'image
  

Cette mosaïque d'images cliquables, montre différents aspects que les photographes cherchent à connaître, l'aspect des flous (bokeh) la forme du diaphragme sur des brillances floues, le contraste à la pleine ouverture et en contre-jour, le rendu de tons métalliques et neutres et enfin les rendus des détails avec les hautes sensibilités.
  


Cliquez sur les images

Tout le temps de ce test, nous avons été surpris de la qualité des images. Les a priori que nous avions sur le format APS-C ont disparu devant les constats et la beauté des rendus, par exemple la chromie du bronze ci-dessus est riche et subtil, l'acier inox neutre et finement détaillé, le gond à pleine ouverture en contre-jour, très contrasté et riche en détails, la feuille à 1600iso présente de belles nuances avec résolution et finesse du grain.
 
Portrait
Ces images faites sous lumière artificielle (néon lumière jour) montrent quelques possibilités du XT1 avec le 50mm f2,8 M, douceur et résolution extrême seront de grands alliés pour des portraits ou la finesse des rendus serait nécessaire.
Les trois photographies sont à f/2,8!
 














                                                                   Cliquez sur les images
 
Le Makro et le scaner 1:1

Depuis longtemps nous voulions faire un comparatif de numérisation entre un système photographique et des scanners du marché. Il y a plusieurs avantages à faire la numérisation avec un appareil numérique équipe d’un objectif permettant le rapport 1:1, la première étant la vitesse de numérisation, celle-ci dépend seulement de la rapidité avec laquelle on charge l'original dans le passe- vue. L'autre avantage, en numérisation avec un boîtier, est de travailler avec le même dématriseur utilisé pour le travail quotidien.
Les images ci-dessous faites avec différents films et objectifs illustrent parfaitement le respect de rendu obtenu par ce couple Makro-Planar Touit 50mmf2,8 et le Fuji XT1

  
 

   

Cliquez sur les images

Nous sommes très étonnées de voir les performances de cet objectif, dans le test du Leica M Monochrome nous avions évoqué la numérisation avec un Apo-Rodagon 75mm f/4.
Ici avec le Touit Makro-Planar et le XT1 nous nous attendions à des résultats inférieurs, car la comparaison avec un objectif conçu exclusivement pour le rapport 1:1 devait tourner clairement à l'avantage de celui-ci. De plus le 24x36 devrait surclasser le 15,6x23,6. Mai c'est le contraire, la résolution est équivalente voir supérieure avec le Touit, le contraste et la maîtrise du flare sont aussi nettement supérieurs avec le 50mmf2,8 M de Zeiss.
Les images présentées ci-dessus reproduisent des films très utilisés à la belle époque du film argentique. Ektachrome, Polachrome, Fp4, Tri-x... (certaines avec pétouilles) et le film lith à très haut contraste utilisé pour la mire que permet de voir la résolution très élevée du système et aussi les qualités du XT1 à reproduire de micros détails sans moiré ni artefacts colorés.
L'image en à bas à gauche de la mosaïque faite avec du Polachrome et très intéressante, car la matrice de ce film et ses fines rayures pose une grande difficulté à toute reproduction, le résultat sont remarquables et sont la preuve que cet objectif petit télé de 75mm en APS-C et un outil à usage professionnel. L'image du chat  faite avec un Otus 55mm à f/1,4 sur film Ilford 100Iso,  fera partie du test en cours pour cette optique, le fait de la glisser dans ces pages nous permet d'annoncer cette autre grande optique de Zeiss, sur l'image à pleine ouverture on voit déjà le potentiel de ce nouveau "Normal".

Proxi photo
Pour finir en beauté ce test-pratique du Touit 50f2,8M, nous avons choisi cette image, que nous voyons comme une belle synthèse des qualités offertes par ce couple. 
  
 


f/4.5 200Iso                         pour voir le détail à 100% cliquer ici      Cliquez sur l'image

 

Conclusion
Nous sommes désolés de ne pas pouvoir présenter toutes les images obtenues grâce à ce matériel, mais un autre papier dédié au XT1 viendra compléter ce test du Touit 50mmf/2,8 M. Bravo aux opticiens de chez Zeiss, car avec ce type d'objectif le passage entres les formats devient transparent et non pas restrictif, la qualité obtenue est telle que pour des images jusqu'à 30x45cm cet ensemble peut satisfaire n'importe quel professionnel travaillant avec des formats de capteurs plus grands.

Nous remercions Fabrice Michaux du Moyen Format pour le soutien à Revoirfoto avec le prêt du matériel et les conseils. Nous remercions également M Mercadal et Carl Zeiss Allemagne pour la confiance accordée à nos tests optiques.

Tin Cuadra

 Voir aussi

.:. Haut