Accueil
RevuePratiqueTechniqueTestsVitrines

Liens

        Tamron SP 35mm f/1,8
 

 

 

Il y a quelques semaines, pour finaliser un dossier sur les 35mm, nous avons sollicité le 35mm f/1,4 de Canon à Fabrice Michaux. Lors de la conversation Fabrice nous a proposé de prolonger l’étude avec le nouveau 35mm f/1,8 de Tamron.
Pour aller au plus loin de l’analyse, c’est avec le 
5DSr de Canon et le A7RII de Sony que nous avons obtenu les images de ce dossier.
Par ailleurs, dès que la bague à commande électronique de notre banc sera disponible, nous compléterons ce test avec des prélèvements hors capteur.

Mires au rapport 1-25e 
Il faut préciser que lors de ce test nous ne verrons pas les fonctionnalités de stabilisation et de vitesse de mise au point, nous resterons concentrés sur les aspects purement optiques de cet objectif.
Comme d’habitude nous commençons par la mire reproduite à 1-25e. Cette mire permet de voir la déformation, le vignetage, la courbure de champ et la résolution centre-bords-angles.
 


f/1,8 non corrigé


f/1,8 corrigé


f/5,6 corrigé

 

 

 
Sur les vignettes ci-dessus on s’aperçoit du vignetage modéré et de la très faible déformation en barillet de cette optique. Avec l’agrandissement, on constate l’absence de courbure de champ et l’excellent rendu sur tout le champ d’image dès la pleine ouverture. Ces résultats sont très surprenants et confirment la volonté des opticiens de chez Tamron. Avec 10 éléments en 9 groupes, dont certains en verres spéciaux et d’autres moulées, les ingénieurs ont utilisé tous les moyens actuels pour concevoir ce 35mm qui s’annonce très performant.


Mires à 1-50e 


f/1,8 1-50e corrigé


f/5,6 1-50e corrigé

 

 
Ce rapport de réduction confirme les qualités de cette optique, à 1/50e environ, les détails sont encore bien définis et contrastés même à pleine ouverture. Dans les angles la dégradation est très légère et n’empêche pas le travail à f/1,8.
Ce dernier point est très intéressant car avec un vignetage faible et un bon contraste et résolution dès f/1,8.
Ce 35mm offre une pleine ouverture très lumineuse et pas seulement pour faire le cadrage comme il arrive souvent quand c'est un capteur de 42 ou 50Mp qui regarde.

Mires à 1-100e                                                                                             


1-100  Canon à f/1,8 Tamron à f/1,8


1-100 Tamron à f/1,8 sur A7RII et 5DSr

 

 
Ce taux de réduction sur une mire par transparence à très fort contraste, est une épreuve pour les systèmes photographiques. Ici la volonté était de voir la résolution et aberration chromatique et de comparer les résultats avec un référent comme le Canon 35mm f/1,4.
La première constation et grande surprise, est que selon le capteur les résultats sont très différents.
Sur les vignettes de gauche on constate l’excellent rendu du Canon et la dé-focalisation des aplats rouge et bleu du Tamron à f/1,8. Mais sur les vignettes de droite on aperçoit une grande différence de rendu entre l’image obtenue avec le A7RII et le 5DSr, l'aberration sur le A7RII est beaucoup plus faible!. Correction interne ? Disposition différente des filtres ? Nous ne savons pas encore le pourquoi d'un tel changement entre ces deux boîtiers, mais le Sony A7RII couplé au Tamron 35mm f/1,8 produit une image très proche à celle de la référence Canon.

Prises de vues


5DSr  Tamron SP 35mm f/1,8 à f/1,8                            Cliquez sur l'image

 
Lors du test du Canon 5DSr que nous publierons prochainement, nous avions remarqué la grande saturation des couleurs du capteur 50Mp embarque dans ce boîtier. Le 5DSr couplé au Tamron 35mm à f/1,8 produits des nuances très riches et saturées, cette image correspond approximativement au rapport 1-25e de la première mire. Le parallèle est intéressant pour faire le rapprochement entre qualités mesurées et qualité d’image avec des sujets courants, car aux grandes ouvertures le travail sur mire est trop sévère.
 


Cliquez pour voir à 25% et à Tel


Cliquez pour voir à 25% et à Tel

 

 
Avec le A7RII on voit la différence de contraste entre ces deux diaphragmes, le rapport de 1/50e de la deuxième mire est obtenue sur la sculpture. En comparant les images on constate une grande similitude des rendus sur les plans nets et les particularités des plans flous. À pleine ouverture les bords et angles souffrent d’un dédoublement que nous avons remarqué dans d’autres 35mm, notamment sur le Ultron VM 35mm f/1,7. Dès f/2,8 ce phénomène c’est estompe et l’image obtenue est superbe! Voir
 


Tamron SP 35 f/2,8


Tamron SP 35 f/4


Tamron SP 35 f/8

 

 
Cette vue à très longue distance de travail, que nous avons répété depuis les origines de revoirfoto avec tout type de matériel photographique, fait partie d’un patrimoine comparatif exceptionnel. C’est justement en comparant les images obtenues avec le Tamron et celles des autres 35mm que nous pouvons admirer les performances de ce SP 35mm f/1,8. 
Dans les images ci-dessus on constate la cohérence de rendu à tous les diaphragmes. Beaucoup d’objectifs des grandes marques souffrent avec l’exercice de la vue d’en face, en général à cause de la courbure de champ.
 

                       
                                                                                           Cliquez sur l'image

 

Pour finir ce test-pratique, voici quelques images en mode rapproché et avec mélange de lumières. Tout photographe peut rencontrer ce type de sujet. Les jambes ci-dessus à f/4 illustrent parfaitement la compatibilité entre le Sony A7RII, et le Tamron SP 35, le contraste et résolution du premier plan parfaitement détache du fond flou avec des beaux arrondis.
Ci-dessous encore une image pour tester le traitement antireflet, et la résistance de l’objectif aux dominantes couleurs que dénature le sujet.
 

                         
                                                                                        Cliquez sur l'image

Un défaut, il faut trouver un défaut impérativement, sinon le métier de testeur va mourir ! Si on doit évoquer une faiblesse du Tamron SP 35mm f/1,8, ce serait l’aberration chromatique dans l’axe. L’image ci-dessous permet de voir une fois agrandie que la chromie avant et après la mise au point va du magenta au vert. Signaler cette faiblesse c’est bien, trouver une parade c’est mieux, c’est pourquoi en cliquant sur l’image on accède aux résultats bruts et corrigés avec CameraRaw.
 
      


                                                   Tamron SP 35 à f/1,8                               Cliquez sur l'image 

 

La puissance de traitement des nouveaux logiciels est telle, que même cette aberration chromatique disparaît complètement après traitement, comme on peut voir Ici.


Conclusion
 
Primé plusieurs fois et salué par la presse en général, nous laisse peut de place en tant que rabat-joie, mais nous avons trouvé tout de même un petit détail ergonomique que Tamron pourrait améliorer facilement. Ce détail est la course de mise au point manuelle trop courte à notre goût. Sans la comparer aux objectifs Leica M ou Zeiss ZM ou ZF, on constate que même par rapport au Canon 35mm f/1,4 les mouvements de mise au point sont trop courts. 
C'est grâce à la loupe 12x du A7RII nous avons pu faire toutes les superbes M.a.p manuelles de ce test.
Par ses qualités, sa taille et son prix, cet objectif marquera  l’industrie photographique et la photographie tout court.


Nous remercions à Tamron France pour la confiance accordée à nos tests et à Fabrice Michaux du Moyen Format pour toujours faciliter les échanges.

Pour en savoir plus


Tin Cuadra

 


.:. Haut