Accueil
RevuePratiqueTechniqueTestsVitrines

Liens

 

 Les Décentrements

 


En reproduction il arrive souvent de trouver un format carré à photographier, dans ce cas, avec le format rectangulaire du 24x36mm, on perd 1/3 de la surface. Avec ce capteur de 36Mp on perd 12Mp avec un de 24Mp on passe à seulement 18Mp. Quand 24Mp ne suffisent pas pour restituer en sortie finale le maximum d'information, le décentrement du Apo-Schneider peut se révéler très utile. Avec trois images à la verticale rassemblées dans un logiciel adapté, on peut réaliser une photographie de 52Mp. Avec le capteur sans filtre passe-bas et le rapport de réduction moins important, ce couple permet un rendu de micros détails dignes d'un moyen format, bien entendu s'il fallait faire une multitude d'images avec cette méthode, le travail en post production serait ardu.
  
 

 Cliquez sur l'image

Cette partie du tableau montre bien le superbe rendu obtenu par cette méthode avec le ILCE-7R et 90mm de Schneider. Saturation et matière très présente avec une absence totale de bruit. Par interpolation, cette image permet de voir la qualité des résultats d’un  capteur moyen format de taille intermédiaire

Pour voir l'image obtenue avec 24Mp, cliquez  Ici

 

Le Panorama
Contrairement à l'exemple qu'on vient de voir, ou le champ de vision final n'a pas été élargi, ici, avec trois images on amplifie le champ pour faire une vue panoramique. Un des intérêts de cette approche est d'agrandir l'angle de vue d'un petit téléobjectif, tout en gardant la précision sans compromis (déformation, vignettage, angle d'incidence) d'une optique de 90m
 
 

 

 Cliquez sur l'image

Pour finir la première parti du test du Sony ILCE-7R avec l’Apo-Makro-Symmar 90mm f/4,5, voici une vue panoramique présentée à 25% de sa taille. Le fichier obtenu pour cette image pèse 165Mo en 8bits. Malgré l'énorme compression qu'a subi le fichier, le rendu reste de très haut niveau. 

Première conclusion
Avec cet appareil, Sony a réalisé un grand exploit, car réussir l'intégration d'un capteur plein cadre, dans un boîtier ergonomique riche en fonctions et compact, réclame un savoir-faire remarquable. Pour couronner le tout, le ILCE-7R hérite d'une monture devenue universelle "E-Mount".

Sony a eu la bonne idée de ne pas protéger sa bague, du coup une multitude de fabricants d'accessoires on conçu des baques d'adaptation pour la plupart d'optiques du marché. Novoflex par exemple produit un ensemble de bagues de très grande qualité. Ainsi telle une fenêtre que laisse libre cours à tous les regards, avec ces bagues une multitude d'optiques reconnues par leurs qualités des rendus trouvent un autre support d'expression.

Dans cette première partie, avec ces images d'objets et paysages, pour la plupart faites sur pied, nous voulions voir les performances photographiques pures, en dehors de la précipitation et réactivité requise dans la photographie de reportage par exemple. Pour nous, à cet exercice, le ILCE-7R, couplé avec une optique d'exception comme le Apo Makro-Symmar de 90mm f/4,5, s'en sort avec mention. Sony a bien fait de signifier la différence avec la série Nex, car ici on est devant un grand outil photographique à usage professionnel.

Nous remercions Fabrice Michaux du Moyen Format, pour le prêt du matériel nécessaire à ce test-pratique, et aussi pour nous avoir aidés à intégrer le ILCE-7R dans la panoplie technique de Revoirfoto.

En effet cette acquisition nous permettra de faire une multitude de test et comparatifs. À commencer par des optiques orphelines que trouverons une deuxième vie.


Tin Cuadra



À venir...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.:. Haut